Aller au contenu

Prescription : Le décès de l'emprunteur et la prescription des créances à exécution successive

Quels sont les faits ?

Un homme a souscrit deux prêts bancaires le 31 octobre 2006 par acte notarié. Le 7 mai 2015, cet emprunteur décède. L’établissement de crédit va attendre deux ans et demi pour prononcer la déchéance du terme, le 5 décembre 2017. Un huissier de justice a ensuite délivré un commandement de payer aux fins de saisie-vente aux héritiers de l’emprunteur le 19 janvier 2018. Or, la créance est frappée de prescription pour les héritiers.

En appel, l’argumentation développée par les héritiers prospère. En effet, les juges du fond ont considéré que le délai de prescription de 2 ans en cette matière (art. L. 218-2 C. conso) avait commencé à courir au jour où la banque avait eu connaissance de l’identité des héritiers, en décembre 2015. Ainsi, le commandement de payer délivré en 2018 était, pour la cour d’appel, tardif.

La solution de la Cour de cassation : précisions quant au point de départ de la prescription des sommes restant dues sur au décès de l’emprunteur

Dans son arrêt du 20 octobre 2021, la Première chambre civile de la Cour de cassation casse l’arrêt d’appel. Elle rappelle ainsi le principe de la division de la prescription (Civ. 1ère, 11 fév. 2016, n°14-22.938 ; 14-27.143 ; 14-28.383 ; 14-29.539). En effet, en matière de créance à exécution successive, la prescription « court à l’égard de chacune de ses fractions à compter de son échéance, de sorte que, si l’action en paiement des mensualités impayées se prescrit à compter de leurs dates d’échéance successives, l’action en paiement du capital restant dû se prescrit à compter de la déchéance du terme, qui emporte son exigibilité, y compris en cas de décès de l’emprunteur ». La solution à cette question était connue et classique.

En revanche, elle précise les conséquences du décès du débiteur sur le point de départ de la prescription du solde. En effet, la cour d’appel avait considéré que la prescription commençait à courir au jour où l’établissement bancaire avait été informé de l’identité des héritiers de l’emprunteur. Or, la Cour de cassation vient ici distinguer deux hypothèses :

  • Soit l’établissement de crédit connaît l’identité des héritiers du débiteur décédé au jour où il prononce la déchéance du terme. Dans ce cas, la prescription commencera à courir à la déchéance du terme.
  • Soit l’établissement de crédit ne connaît pas l’identité des héritiers du débiteur décédé au jour où il prononce la déchéance du terme. Alors, la prescription commencera à courir au jour de la révélation de leur identité.

Y a-t-il prescription de la créance de la banque ?

En l’espèce, l’emprunteur est décédé en mai 2015. Les échéances du prêt ont continué à courir jusqu’au prononcé de la déchéance du terme pour le solde restant dû, en décembre 2017. La banque a délivré un commandement de payer en janvier 2018. Dès lors, les échéances impayées qui ont couru entre le mois de mai et décembre 2015 sont prescrites. En effet, un délai de 2 ans s’est écoulé entre celles-ci et la délivrance du commandement de payer. 

Toutefois, la banque était informée de l’identité des héritiers au moment où la déchéance du terme était prononcée. Un nouveau délai de 2 ans pour les sommes restantes a donc commencé à la déchéance du prêt. Soit le 5 décembre 2017. Ainsi, la prescription n’était pas encore acquise ni pour les sommes échues depuis janvier 2016 jusqu’en novembre 2017, ni pour le capital restant dû au jour de la déchéance du terme. 

Civ. 1ère, 20 oct. 2021, n°20-13.661, FB

Comment un avocat peut vous aider ?

Parce que tant les difficultés de prescription des créances à exécution successive que celles du règlement des successions et du passif du de cujus sont sources d’une jurisprudence abondante et complexe, les conseils d’un avocat vous seront précieux pour connaître vos droits et éviter les abus de vos créanciers ou débiteurs, ou encore pour vous éviter une procédure judiciaire longue, coûteuse et inutile. Le Cabinet de Maître Alexia Breton, compétent en matière de consommation, de succession et de procédure saura vous accompagner. N’hésitez pas à le contacter pour prendre rendez-vous rapidement.

 

Représentation de la prescription par la photo d'une montre.

Prenez rendez-vous aujourd’hui avec le Cabinet de Maître Alexia Breton pour trouver toute l’aide dont vous avez besoin.

Votre Cabinet d'avocat en droit civil, droit du travail et droit de la famille

Avocate au Barreau d’Aix-en-Provence, Maître Alexia Breton est titulaire d’un Master 2 en Procédure civile et voies d’exécution. Elle est également titulaire d’un diplôme d’études supérieures universitaire en Droit et Pratique de la Médiation et de la Négociation en Droit des affaires.

Ainsi, elle saura vous défendre et vous représenter devant tous les Tribunaux relevant de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence (Marseille, Toulon, Nice, Draguignan, Grasse, Tarascon) avec une maîtrise de la procédure judiciaire, mais également vous accompagner et négocier en votre nom dans tous les processus amiables. Consciente des difficultés de chacun, elle accepte d’intervenir à l’aide juridictionnelle devant toutes les juridictions d’Aix-en-Provence.

Logo anim AB pour Alexia Breton, avocate  Aix-en-Provence